22/09/20
IVÁN ARGOTE, ARTISTE LAURÉAT

Pour une oeuvre sur le futur campus de Sciences Po, Paris 

Strengthlessness - Iván Argote, Sculpture en extérieur, Les Extatiques, Paris - La Défense, 2020
Strengthlessness - Iván Argote, Sculpture en extérieur, Les Extatiques, Paris - La Défense, 2020

Pour mener la rénovation et l’aménagement de son nouveau campus parisien dont l’ouverture est prévue pour 2022, Sciences Po a choisi, en 2018, l’équipe composée de Sogelym Dixence, Wilmotte & Associés, Moreau-Kusunoki et Pierre Bortolussi. D’envergure internationale, à la pointe des innovations éducatives, ce projet valorisera un double patrimoine : l’Artillerie, riche de 300 ans d’histoire, et Sciences Po, qui fêtera ses 150 ans à la rentrée prochaine. Aux côtés de l’équipe d’architectes, Manifesto est en charge de piloter et réaliser une commande pérenne in situ auprès d’un artiste. Le jury vient de désigner l’artiste colombien Iván Argote lauréat.  

À son ouverture, le nouveau site du 1, Saint Thomas accueillera des étudiants, des chercheurs, des enseignants, mais aussi des sculptures. Celles d’un jeune artiste colombien, Iván Argote, qu’un jury vient de choisir pour inviter la création contemporaine dans cet écrin patrimonial. Avec un groupe d’étudiants, il démarre la création d’une série d’œuvres, parfois bancs, parfois sculptures, toujours porteuses de symboles et de messages... 

Pour le site du 1, Saint Thomas Iván Argote a proposé la création de bancs-œuvres : des sculptures praticables favorisant la conversation, intégrées dans le projet architectural et paysager. Ces bancs seront ornés d’inscriptions en plusieurs langues. Un groupe d’une dizaine d’étudiants de Sciences Po va travailler aux côtés de l’artiste pour la rédaction de ces inscriptions, démarche qui s’inscrit pleinement dans sa conception de la création et dans son souci d’interaction entre les œuvres et leurs publics. 

Artiste colombien issu d’une famille engagée dans le syndicalisme et la politique, Iván Argote s’est formé à l’Université nationale de Colombie puis aux Beaux-Arts de Paris. Il déploie sa création via différents médias : vidéo, performance, informatique, sculpture et peinture. Il multiplie des interventions faites dans la rue, dans des transports en commun, dans des musées et d'autres lieux publics. Le travail d'Argote propose des questionnements autour du comment vivre ensemble et comment le pouvoir et l'histoire sont présents dans nos vies quotidiennes. Avec une certaine joie de vivre et beaucoup d'humour, il cherche à critiquer notre passivité, dans un esprit de non-résignation et de rébellion. Depuis 2006, Argote a participé à de nombreuses expositions dans le monde entier.

Au sein du groupement en charge de la restructuration du 1 Saint-Thomas, emmené par Sogelym-Dixence et conçu par les agences d’architecture Wilmotte & Associés, Moreau Kusunoki et Pierre Bortolussi, l’agence Manifesto supervise le projet, en qualité de conseil et directeur artistique. Sur la base d’un cahier des charges émis par Sciences Po, Manifesto a proposé une liste d’artistes. Deux d’entre eux ont été présélectionnés en janvier 2020, par un jury composé de Frédéric Mion, directeur de Sciences Po, Laurence Bertrand-Dorléac, enseignante et membre du Prix Sciences Po pour l’art contemporain, Clara-Lou Sinard, étudiante et présidente du Bureau des arts, Christophe Condamin, directeur général de Sogelym-Dixence, et Jean-Michel Wilmotte, architecte. Ces deux artistes ont présenté des esquisses de leurs projets, intégrées dans les lieux. Le jury a retenu l’artiste colombien Iván Argote.